Gares et bâtiments

 


Les chemins de fer dans leur ensemble furent construit ex-nihilo, et l’architecture des gares, les «embarcadères» selon la terminologie de l’époque, ne fut validé qu’au fur et à mesure de l’expérience, des errements et des réussites.

Des bâtiments spécifiques furent ainsi créés pour répondre à des besoins totalement nouveaux : Bâtiment voyageurs, abri de quai, buffet de gare, WC, lampisterie, poste d’aiguillage, maison de garde barrières, halle à marchandises, remise à locomotives et à voitures, rotonde...

Chaque compagnie développa ses propres standards, répondant en cela à la loi du 11 Juin 1842 qui précisait que la création des superstructures était à la charge de l’exploitant. L’ensemble se traduisit sur le terrain par une grande diversité de types et de variantes, d’autant que des «échanges» et des «interprétations» furent pratiqués entre les réseaux.

En modélisme, de nombreuses techniques peuvent être mises en œuvre pour la reproduction de ce riche patrimoine, témoin de 150 ans d’histoire industrielle…

 


L'architecture ferroviaire : réalité

Blaisy-Bas : Construction du BV en carton et papier

Blaisy-Bas : Le poste en plaques de maçonneries HEKI-dur

Blaisy-Bas : La cité des cheminots INTERFER

Dives-Cabourg : le BV Railway, superdétail et mise en place de la marquise

Dives-Cabourg : les BV des Chemins de Fer du Calvados

Les Eyzies-de-Tayac : BV en plâtre moulé