Blaisy-Bas : La cité des cheminots INTERFER

Dans le milieu des années 30, le PLM engagea un vaste programme de construction de maisons pour le logement de ses agents.
Les plans types étaient développés en variantes de un à quatre étages. Les logements étaient, en principe, uniformément de quatre pièces, mais leur disposition autorisait, moyennant de légers remaniements, d'obtenir des logements de cinq pièces pour familles nombreuses, ou des chambres pour célibataires.
Chaque logement disposait d'un water-closet, d'une cave et d'un grenier, avec eau, électricité, gaz – lorsqu'il était possible de l'installer – et, le cas échéant, d'une salle de bains.
C'est une maison de ce type qui fut construite à Blaisy-Bas, dans sa variante à 3 étages.

 

 

La maison des cheminots de Baisy-Bas, vue depuis la plate-forme des voies, est du type à trois étages, pour six logements. Elle a été construite à la fin des années 30, lors de la mise à quatre voies de la section Les Laumes - Blaisy.

 

 

La firme artisanale Interfer a inscrit à son catalogue ce genre de bâtiment, reproduit en H0. Disponibles en kit, ces maisons sont réalisées en moulage de pierre synthétique pour les maçonneries, et en photogravure pour les portes et fenêtres.

 

 


La préparation des pièces

Avant tout assemblage, la première opération consiste à ébarber les pièces brutes de moulage, à les ajuster entre elles, en veillant au bon équerrage de l'ensemble. Il pourra être nécessaire également de poncer les faces arrière et de boucher les trous éventuels avec un enduit spécial disponible chez Railway.
Enfin, les ouvertures seront ébavurées d'un trait de lime, mais les huisseries ne seront installées qu'après la décoration de la maçonnerie.

 

 

 


Le cloisonnement
Non prévu par le fabricant, le cloisonnement de l'espace intérieur est quasiment obligatoire sur cette maquette, d'une part pour en augmenter la solidité, mais également pour permettre de réaliser un aménagement intérieur, au moins pour quelques pièces. En effet, rien de plus disgracieux que de larges ouvertures donnant sur un volume intérieur complètement vide, sans plancher, ni cloisons, où il est possible, depuis la fenêtre du dernier étage, de voir le contreplaqué sur lequel est posée la maquette !

 


La première étape consistera donc à réaliser les planchers en carton contrecollé de 2 mm d'épaisseur, en prenant les cotes sur la maquette Interfer. A ce stade, pourquoi ne pas équiper quelques pièces de notre maison des cheminots d'un éclairage intérieur. Pour ce faire, les fils d'alimentation électrique des ampoules, ou leds, de l'étage inférieur, sont noyés dans l'épaisseur du carton formant le plancher de l'étage supérieur. La rainure est réalisée d'un simple trait de cutter Olfa 450, et l'ensemble des torons d'alimentation dirigé, pour chacun des étages, vers un puits central, débouchant à la base de la maquette.

 

 

Il ne reste alors plus qu'à mettre en place le cloisonnement selon le plan d'aménagement d'origine.

 

 


L'aménagement intérieur

L'éclairage intérieur d'une maquette peut être très spectaculaire pour la mise en scène d'un réseau. Mais attention, lorsque les pièces sont vides, cela se remarque, et d'autant plus facilement que le bâtiment est disposé au premier plan du réseau, ce qui est le cas ici.
Il est difficile alors de faire l'impasse sur un aménagement intérieur des pièces, même sommaire. Et vous constaterez que cet exercice permet de réaliser quelques scènes de la vie quotidienne, comme la jeune Catalina essayant d'atteindre les confitures en haut du buffet de la cuisine.

 

 

Je vous laisse naturellement penser à d'autres thèmes pour l'animation des chambres par exemple, d'autant qu'il existe chez Noch quelques assortiments de figurines adaptés !
Quoi qu'il en soit, la première étape consiste à peindre, ou à tapisser les cloisons, ainsi qu'à recouvrir les sols de carrelages ou planchers, selon les cas. Malheureusement, ce genre de produits n'est pas encore disponible dans le commerce.

 


Notez cependant que certains amateurs de maisons de poupées disposant de sites internet, proposent des imprimables, composés de papiers peints, tapis de sols ou tableaux, qu'il est alors possible de réduire du 1/12ème vers le H0. Une visite sur le portail Miniaturama.com s'impose donc. Mais il est également très facile avec un petit logiciel de dessin de réaliser ses propres décors.
Et pour meubler les pièces, les firmes Preiser ou MKD proposent quelques accessoires intéressants, sans oublier les gammes d'origine américaine proposées par Walthers.
Mais on arrive également à des résultats forts convenables en utilisant simplement du papier et carton pour réaliser  des éléments de mobilier.

La peinture des murs
Le cloisonnement intérieur étant achevé, nous disposons d'une structure particulièrement solide, sur laquelle les éléments de façades du kit Interfer pourront être collés.
Avant cela, il sera nécessaire de peindre les murs. La base de la décoration se fait à l'aide de jus de pastels secs, selon les indications de l'article sur la décoration des bâtiments en Pierre Synthétique.
Les pastels utilisés dans le cas présent viennent de la gamme Rowney, avec les teintes Burnt Humber tint 1 pour les murs et Warm Grey tint 3 pour les soubassements. Les volets sont peints quant à eux à la peinture Humbrol dans les mêmes teintes que le BV.

 

 


Rideaux !
Sur la maquette, toutes les pièces n'ont pas été aménagées, pour celles-ci, les volets resteront clos :
«Je préfère penser
Qu'une fenêtre fermée
Ça ne sert qu'à aider
Les amants à s'aimer»
Jacques Brel.
Pour les autres, se pose le problème de la reproduction des rideaux.
Pour cela, j'utilise depuis des années du sparadrap auto-adhésif Méfix, vendu en pharmacie, mais on peut également varier l'assortiment avec des compresses de gaze Derma Plat, ou du sparadrap micoporeux 3M.

 


On peut également photocopier, ou scanner des catalogues de voilages, puis imprimer, sur du papier ou du calque, en couleur des bandes de rideaux à découper et à coller au dos des fenêtres.
Pour la mise en place du Méfix, il est possible de coller directement le voile au dos des vitrages, en créant à l'aide de brucelles les drapés qui donneront le relief à l'ensemble.

 

 

 

 


L'assemblage du bâtiment
La mise en place des éléments d'huisserie et des rideaux était la dernière étape avant le montage définitif du bâtiment qui commence par le collage des éléments de façade sur la structure du cloisonnement.
Suivant le goût et l'expérience de chacun, il est possible d'assembler les éléments avec une colle type cyano, ou type vinylique à prise rapide.
Dans le premier cas, l'utilisation d'une colle cyano exige une grande maîtrise, car le collage est instantané. Il n'existe donc aucune possibilité de réglage du positionnement des pièces qui doivent de ce fait être parfaitement ajustées et maintenues en place durant cette opération. L'avantage évident de ce collage est sa grande rapidité et sa solidité.
Dans le cas de l'utilisation d'une colle à bois vinylique, encollez les surfaces en contact, présentez les murs, vérifiez la perpendicularité des murs avec une équerre à chapeau. Maintenez alors les pièces jusqu'au parfait séchage de la colle. Pour cela servez-vous d'élastiques, n'utilisez jamais de serre-joint classique en métal sous peine de briser les pièces. Par contre les modèles de serre-joint en plastique «Psy» conviennent parfaitement à ce travail.
Les assemblages seront cachés par les descentes de gouttières, réalisées en fil de laiton de 1 mm de diamètre. Il ne reste plus ensuite qu'à mettre en place le toit et à détailler l'ensemble qui pourra prendre place aux abords du tunnel de Blaisy.

 

 



12/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi