La végétation : les vignes

Blé et vigne ; le pain et le vin. Si ces deux cultures sont bien aussi vieilles que le monde, et porteuses d'une symbolique toute religieuse, qu'ont -elles à faire ici ?
Justement, à bien y réfléchir, et quelque soit le thème, l'époque ou la région de référence choisi comme sujet principal du réseau, celui-ci sera nécessairement placé  dans un environnement naturel, où les cultures sont rarement absentes.
En outre, depuis les origines du chemin de fer, le transport des denrées agricoles, des animaux ou du matériel a toujours représenté une part importante du trafic.
Ainsi, que ce soit pour justifier la circulation de quelques wagons bi-foudres, ou d'un train bloc composé des plus modernes trémies à céréales, quoi de plus normal que de consacrer quelques arpents de terre à l'évocation de cultures.
D'ailleurs, il n'est nul besoin pour cela de disposer de surfaces importantes. La pointe d'un champ de blé ou de maïs, quatre ou cinq arbres fruitiers, ou encore deux rangs de vignes implantés sur quelques centimètres carrés à l'angle d'un réseau sont déjà largement suffisant.
C'est ce que je vous propose maintenant, avec comme exercice la reproduction d'une vigne.





La réalisation des structures

La structure générale du cep de vigne sera réalisée en fil de cuivre torsadé. Il s'agit de fil électrique multibrins de récupération, dénudé et coupé en tronçons d'environ 25 mm.



Ce premier toron composé de 20 à 30 brins selon le diamètre du fil récupéré, sera mis en forme en détachant quatre branches principales du tronc.



Celles-ci seront ensuite ramifiées, puis taillées à bonne longueur, jusqu'à former un plant de vigne satisfaisant.



Sa hauteur devra être comprise entre 10 et 15 mm en H0, et les branches disposées dans un même plan, en évitant tout aspect de coupole.
De la même manière, la base du tronc sera évasée pour former l'amorce de 2 ou 3 racines. Un point de colle cyano, ou une soudure à cet endroit, évitera tous risques de séparation des brins avant l'application de l'enduit formant l'écorce.

L'écorce
Celle-ci est constituée d'un mélange de sciure fine et de colle à bois.



Cette pâte est appliquée au pinceau sur l'ensemble de la structure, en évitant la formation de boules dues à une surcharge de matière. Il est ainsi préférable de procéder par étapes, en appliquant deux couches successives.



Attention également lorsque vous traitez de nombreux plans à bien séparer chacun d'entre eux durant le séchage de l'enduit, afin d'éviter de les coller entre-eux.
L'enduit parfaitement sec, la dernière étape concerne la mise en peinture du tronc. J'utilise pour cela des peintures acryliques. Les bois de vignes étant assez sombre, j'applique une première couche de terre d'Ombre brûlée, suivie d'un drybrush de terre de Sienne naturelle.

  

Feuilles et fruits
Le feuillage est réalisé à l'aide de filets floqués Heki-flor référence 1552, dans lequel on prélève une petite touffe. Celle-ci est ensuite mise en forme en étirant largement les fibres afin d'obtenir un aspect aéré du feuillage.
Ce faisant, vous constaterez qu'une grande partie du flocage de mousse s'est décollé des fibres composant l'armature du filet.
Ainsi, après la mise en place du feuillage  sur le tronc, l'ensemble présente un aspect de toile d'araignée assez peu réaliste.



Il sera alors nécessaire de regarnir les fibres en récupérant le flocage d'origine, détaché lors des manipulations, ou encore en utilisant les feuilles proposées par SAI.
Dans les deux cas, le collage se fait à la colle néoprène en aérosol. Lors de cette opération il faut maintenir la plante à environ 20 centimètres de la buse, et ne pas trop charger de colle. Il convient en effet de conserver un aspect d'autant plus aéré que les vignes sont toujours largement taillées et effeuillées afin d'offrir le maximum d'ensoleillement aux grappes.
Il est temps maintenant de porter toute notre attention à la future récolte, en travaillant à l'évocation des grappes.
Celles-ci, mesurant en réalité entre 20 et 30 centimètres de hauteur, représentent à l'échelle H0, une sorte de cône de 2,5 à 3 millimètres, ce qui en fait un détail parfaitement visible sur des vignes placées au premier plan d'un réseau.
Afin de reproduire l'aspect caractéristique des grappes, j'utilise comme base de la mousse fine synthétique employée comme garniture de coussins.
Après avoir déchiré de petits fragments, en forme de cônes irréguliers, je les colle à la cyano sur une longueur de fil électrique, le même que celui utilisé pour la réalisation des troncs.


 
Cette méthode permet d'une part de pouvoir facilement mettre en peinture la grappe, puis ensuite de l'accrocher sur les branches basses du cep.  
En ce qui concerne les teintes utilisées, tout est question de cépages. En ce domaine, la palette disponible se décline du vert cru des dattiers, du  jaune mordoré des Chasselas, en passant par le noir pourpré du Muscat. Il s'agit là d'une affaire de goût !
Quoi qu'il en soit, la mise en peinture se fera aux acryliques ou aux peintures Humbrol, et le collage des grappes sur le cep, à l'aide d'une goutte de cyano.




En cette fin d'été, les vendanges battent leur plein en Périgord. Si les hommes de la ferme de Tayac reprennent des forces après avoir vendangé les raisins plantés sur le coteau dominant la voie ferrée Périgueux - Agen, les femmes se livrent au difficile travail du foulage à l'ancienne. Les figurines et les accessoires sont l'œuvre de Robert Gesuelli.


Un décor au rythme des saisons
Nous voilà maintenant prêt pour les vendanges, mais toute la question est de savoir si vous souhaitez situer votre réseau ou diorama à cette saison !
En effet, depuis quelques années, les fabricants rivalisent d'ingéniosité pour proposer toute une gamme de produits et fournitures permettant de composer une palette de flocages adaptée aux quatre saisons.
Ainsi, les productions Mini-natur, distribuées par GPP, offrent un choix allant des prairies en fleurs du printemps, aux mauvaises herbes de fin d'automne.
Alors, pourquoi ne pas en profiter pour situer notre scène en hiver, lors des premiers travaux de taille, plutôt qu'au moment des vendanges. 





Sur les coteaux de Tayac, les raisins sont arrivés à pleine maturité. Le vin produit ici, qu'il soit grand cru classé ou simple piquette, cette dernière éventualité étant sans doute la bonne, devra toutefois être consommé avec la plus extrême modération !
Mais sur un réseau miniature, une telle scène apportera beaucoup de vie et de plaisir dans sa réalisation, c'est bien le but recherché !

L'implantation d'une vigne
Après avoir choisi le bon cépage, et déterminé l'époque de l'année, il reste encore à considérer la bonne implantation du vignoble, car les façons culturales varient selon les régions.
Cette recherche de l'authenticité vous conduira naturellement à cheminer, selon vos goûts, le long des routes du vin, comme ici en Suisse, dans le canton de Vaud au pied du château d'Aigle, ou en Alsace dans la région de Molsheim...









02/01/2007
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi