Les Eyzies-de-Tayac : un réseau d'atmosphère

Entre les premières idées vaguement ébauchées et ce réseau, près de dix années se sont écoulées.

Le projet d'origine, qui remonte aux années 1990, prévoyait une réalisation de l'ensemble à l'échelle 0. Le réseau devait se développer sur une surface de 25 m x 4 m, déjà dans l'idée d'un Musée de la miniature…

Les bâtiments de la gare ainsi que les deux maisons de garde furent construits, tout comme de nombreuses structures d'arbres.

 

 

Mais il fallut toute de même se rendre à l'évidence, le 0, c'est beau, mais qu'est ce que cela prend comme place, sans même parler du temps, car j'envisageais de construire également la totalité de mon matériel roulant !

Le projet fut alors une première fois modifié et l'échelle H0 sagement privilégiée. Les dimensions furent ainsi ramenées aux valeurs beaucoup plus raisonnables de 12,50 m x 1,50 m !

 

 

Cependant, les nombreux bâtiments et la falaise, surplombant le village des Eyzies devaient encore être intégralement construits selon les méthodes les plus élaborées. Chaque maison des villages de Tayac et des Eyzies devait être gravée en plâtre, les toitures réalisées tuile à tuile, pour un meilleur réalisme…

 

 

Un déménagement en Alsace allait une nouvelle fois bouleverser le cahier des charges. Les dimensions du réseau furent cette fois ramenées à 6,60 m x 1,40 m, le réseau devenant par la même occasion « modulaire » pour pouvoir être stocké en caisse entre deux expositions.

 

 

La transposition à l'échelle H0

Reproduire sur 6,60 m un site qui en réalité se développe sur près de trois kilomètres, soit près de 35 mètres à l'échelle exacte, conduit nécessairement à de nombreuses simplifications !

Côté Périgueux, sur la gauche du réseau, la ligne sort des coulisses permettant le stockage de six rames, en empruntant une tranchée courbe dont la partie visible est à raccordement parabolique et dotée d'un dévers.

Un pont à culée perdue ferme la perspective du réseau en masquant en grande partie la courbe.

La voie passe ensuite devant la ferme de Tayac, puis l'église fortifiée, dont le volume écrase littéralement les autres bâtiments du village qui s'étage sur les pentes du coteau.

 

 

A noter que le manoir qui en réalité se trouve en face de l'église, de l'autre côté de la voie ferrée, n'a pas été réalisé. Son emplacement est utilisé sur le réseau pour reproduire quelques cultures, un herbage, l'évocation d'un champ de tournesol ainsi qu'un enclos où sont élevées les oies qui seront destinées à la production de foie gras. Périgord oblige !

 

 

 

Le centre du réseau est consacré comme il se doit à la reproduction des installations de la gare des Eyzies-de-Tayac.

 

 

 

 

Après celles-ci, côté Agen, la voie s'engage sur le viaduc traversant la Vézère, dont la longueur a été ramenée de six à trois arches, qui ouvre la perspective sur le village des Eyzies et ses maisons troglodytiques.

 


 

 

La voie s'engage alors dans la vallée sur un remblai, comme dans la réalité, pour regagner les coulisses à l'arrière du réseau.

Cette transposition de la réalité fait naturellement l'impasse sur de nombreux éléments du site. Ainsi, le village des Eyzies est-il limité aux maisons troglodytiques, telles qu'elles se présentaient dans les années 1900, dominées par les ruines du château qui aujourd'hui abrite le Musée de la Préhistoire, ainsi que quelques maisons le long de la RD 47, reliant Sarlat à Périgueux.

 

 

Cependant, aucune des maisons situées entre la route et la Vézère, ni celles implantées à l'embouchure de la Beune, n'ont été reproduites. De la même manière, à l'arrière du PN de sortie, côté Agen, le site de l'abri Cro-Magnon est simplement évoqué à l'aide d'un chantier de fouilles, oubliant l'hôtel et les nombreuses maisons implantées de part et d'autre de la route jusqu'à l'entrée des Eyzies.

 

 

Quoi qu'il en soit, les éléments principaux qui ont été reproduits, suffisent à retrouver en miniature les émotions ressenties en réalité. C'est maintenant à vous de juger en découvrant le réseau des Eyzies reproduit à l'echelle HO : ICI






20/01/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi