Passage supérieur à culée perdues


La structure de ce passage supérieur à culées perdues a été réalisée en carton contrecollé de 2 mm d'épaisseur.

 

 

Les deux murs latéraux du pont furent ensuite habillés de feuilles de polystyrène extrudé Heki-dur reproduisant avec réalisme les maçonneries de pierres hexagonales (référence 7006).

 

 

Celles-ci furent collées à la colle à bois, les solvants des colles type néoprène détruisant la structure de la mousse.

Par contre, la voûte et les soubassements, en appareillage de pierres rectangulaires, a été réalisée avec une plaque de maçonnerie en plastique Kibri 7966.

 

Le bandeau, en papier Canson « lavis technique » fut ensuite mis en place. La courbure de celui-ci, devant reprendre le développé de la voûte, se fit de façon naturelle en incisant l'ensemble des joints, pour lesquels je n'aurais laissé qu'une attache d'environ 1 mm à la base.

 

 

La  construction s'est poursuivie avec la mise en place de la plinthe biaise supérieure, elle aussi en « lavis technique », qui constitue également le trottoir de la chaussée.

 

 

Le long de celui-ci, on peut également reproduire un caniveau pavé. Par contre, l'évocation du chemin goudronné ne devra être effectuée qu'après la mise en place définitive du pont sur le réseau.

Les garde-corps sont des modèles Railway, peints en gris foncé.

La décoration de la maçonnerie devra être réalisée avant la mise en place du pont. L'ouvrage réel présente une forte dominante ocre, les bandeaux et les plinthes étant pour leur part beaucoup plus clairs.

La mise en couleur de l'ensemble sera faite à l'acrylique, plus ou moins patiné aux pastels ou terres à décor, selon les goûts de chacun.

Notez que le réseau se situant à l'époque actuelle, la voûte de présente plus de traces de suies, caractéristiques de l'époque de la vapeur.

 

 

 

 

 



07/02/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi