Plan de pose des voies

Le plan de pose des voies, qui correspond à la répartition et à l'espacement des traverses sur un coupon de voie d'une longueur définie, tout comme la reproduction des éclisses de liaison aux joints des rails sont des points caractéristiques particulièrement importants pour le réalisme d'une voie ferrée miniature, hélas totalement négligés du plus grand nombre des modélistes. Et je ne m'en suis d'ailleurs pas préoccupé lors de la pose de la voie sur le réseau des Eyzies !

Mais il faut reconnaître que les gammes de voies proposées par les industriels, composées d'assortiments de rails droits et courbes de différentes longueurs, sont des systèmes « rigides » n'autorisant aucune modification du travelage.

En outre, l'espacement des traverses sur un coupon de rail, mais également au niveau des appareils de voies, correspond à des normes précises différentes pour chaque compagnie, ce qui conduirait de fait à une multiplication inconcevable des références de la part d'un industriel.

Par contre, les gammes artisanales, notamment les produits développés par Apogée Vapeur, permettent à l'amateur exigeant de poser sur son réseau une voie parfaitement conforme, au prix il est vrai d'un travail important.

 

Seule la mise en œuvre des voies courbables permet de reproduire cet espacement, au prix il est vrai d'un travail important mais quel plaisir que de retrouver le tac-tac caractéristique au passage des roues sur les joints de rails.

Plan de pose des grandes compagnies françaises

Ces plans correspondent à des normes anciennes, de l'époque 1, mais qui ont survécu longtemps, côtoyant les trains le plus modernes, sur les voies de service ou les plus petites lignes secondaires.

            - Compagnie de l'Est. Le rail uniquement employé est de type vignole en acier de 30 kg/m, avec des longueurs de 8 et 12 mètres. Le rail est fixé à chaque traverse par trois tirefonds en fer galvanisé, deux à l'extérieur et un à l'intérieur.


Le rail de 8 m se pose avec joints en porte-à-faux et traverses espacées de 0,750 m excepté au joint où l'intervalle est réduit à 0,62 m, soit 11 traverses par coupon.


Pour le rail de 12 m, les traverses sont au nombre de 16, espacées de 0,770 m, sauf deux intervalles au centre, de 0,780 m et un de 0,600m à chaque extrémité.


            - Compagnie du chemin de fer du Nord. Le rail utilisé est du vignole, avec deux poids différents au mètre, 30 et 43,215 kg, ce dernier étant destiné aux lignes principales.

Le rail de 30 kg se pose en coupon de 8 m, avec joints chevauchés par le milieu. Les traverses ont espacées de 0,850 m, sauf aux joints, où l'écartement est réduit à 0,600 m.

Le rail lourd repose sur 12, 13 ou 14 traverses par coupons de 12 mètres, en fonction de la vitesse maximale autorisée sur la ligne ; 80 km/h dans le premier cas, 95 km/h dans le deuxième et au delà de 95 km/h dans le dernier cas. L'espacement des traverses se fait alors selon le plan ci-dessous, les joints sont toujours en porte-à-faux, mais jamais chevauchés.



            - Compagnie de l'Ouest. La compagnie a utilisé les deux types de rails, préférant le double champignon pour les grandes lignes. Il s'agit alors de rail de 38,750 kg/m, posé en coupon de 8 mètres sur 10 traverses espacées de 0,750 m sauf à chaque extrémité, où l'écartement est de 0,727 m.

Le rail vignole est posé en coupon de 8 m, sur 9 traverses espacées de 0,925.



 



            - Chemin de fer de l'Etat. Ici, les rails double champignon de 5,50 m ont leurs joints en porte-à-faux et les traverses espacées de 0,980 m et de 0,600 m aux joints, soit 6 traverses par coupon.

Pour le rail de 11 m, les traverses sont au nombre de 12, espacées de 0,980 m, sauf un intervalle au centre, de 0,600 m et un de 0,600m aux joints.





            - Compagnie d'Orléans. Au chemin de fer d'Orléans, le rail est du type à double champignon du poids uniforme de 38,2 kg/m, longtemps posés en coupons de 5,5 m, sur 6 ou 7 traverses selon les lignes, espacées de 0,980 m ou 0,816 m.




            - Compagnie du Midi. Le seul rail utilisé est également le double champignon en acier, mais avec deux poids différents par mètre courant : 37,600 et 38,750 kg.

Le premier se pose en deux longueurs de 5,50 et 11 mètres.

La pose en 5,50 m est analogue à celle de l'Etat. Celle du rail de 11 m en diffère un peu. Les traverses, au nombre de 14, sont espacées de 0,817 et 0,818, sauf un intervalle de 0,600 au centre.

Le second se pose en coupon de 8 m avec plan analogue à celui de l'Est pour la longueur équivalente.




            - Compagnie de Paris-Lyon-Méditerranée. Le type vignole le seul est en faveur dans cette compagnie. Les longueurs courantes sont 6, 8, 10 et 12 mètres et se posent selon les plans ci-dessous, lorsque la vitesse est supérieure à 50 km/h.

En dessous de cette vitesse, et sur voies de service, on supprime une traverse par coupon.






Téléchargez le plan de pose SNCF 1965 : ICI


Respect du plan de pose en modélisme

L'utilisation de voie courbable, généralement disponible en coupon de grande longueur, de 914 mm à 970 mm selon les marques, permet de reproduire facilement un plan de pose précis des traverses.

Dans ce cas, la méthode consiste à couper l'ensemble des cavaliers maintenant un écartement invariable entre les traverses, puis à les faire glisser sur le rail en respectant le plan de pose choisi.

On peut également mettre en œuvre les très astucieux gabarits développés par Apogée Vapeur.

Respect de l'espacement des traverses pour de la voie à double champignon SMP



Respect de l'espacement des traverses pour de la voie vignole Peco





En toute logique, il faudrait couper le profilé entre les traverses extrêmes de chaque coupon. En pratique, un simple trait de disque à tronçonner fin à la surface du rail suffira à l'évocation de ces joints. Cependant, cette opération se fera lorsque la voie aura été ballastée. 



14/04/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi