Le Transsibérien, la plus longue voie ferrée du monde...

Longtemps j'ai rêvé d'un voyage dans le transsibérien : près de 10 000 kilomètres de lignes, 11 fuseaux horaires, réduits à 9 cette année par décret, une semaine de voyage pour appréhender l'immensité Russe, pays à l'échelle d'un continent…
Et comment ne pas rêver du Transsibérien ?
Mystérieux, inaccessible. La seule façon de l'emprunter vraiment ? Celle de Blaise Cendrars : « Qu'importe si je l'ai pris si je vous l'ai fait prendre ! »
Alors, c'est décidé, je m'embarque moi aussi pour ce voyage !

 


Oh, d'une façon très modeste, par un simple aller Chisinau – Bucarest !
Il me faudra ainsi du temps pour gagner Vladivostok !

Les chemins de fer de l'ex-Union Soviétique
Première étape, samedi 3 juillet 2010, une visite de la gare de Chisinau et surtout de son dépôt, accompagné d'Igor, chef de l'établissement et d'Andrey, contrôleur aux CFM, tous deux bien placés pour suivre l'évolution récente du réseau Moldave, hérité de l'ancienne union soviétique.


Igor, qui rêve de TGV, qui n'ignore rien de ses performances « Les automobiles françaises ne valent rien, mais vos trains sont les meilleurs du monde… », est désabusé de constater les conditions d'entretient du matériel des CFM.
Depuis la chute de l'Union et l'indépendance Moldave, le réseau d'Etat assure seul la charge de son entretient. La totalité du matériel ex-soviétique, construit dans les années 50 en Russie ou en Hongrie, grand fournisseur de matériel à l'Est, arrive aujourd'hui à la limite d'usure, sans aucune perspective de nouveaux investissements.

 


Alors, on fait durer, on recycle. Une partie du parc sert de source d'approvisionnement en pièces détachées et quand il est possible de se fournir à l'extérieur, les pièces livrés sont généralement de mauvaise qualité…

J'ai été frappé par la présence d'innombrables chiens errants surgissant de partout. Des portées de chiots s'abritant sous les essieux réformés…
Le Maire de Chisinau voulait un programme de limitation par stérilisation… trop cher.



Les perspectives d'avenir ?
Qui viendra travailler en Moldavie pour 100 ou 150 € par mois ?
Les meilleurs sont partis en Europe ou en Russie. On estime à environ 1 millions de personnes, soit un quart de la population, cette émigration.

Andrey n'est guère optimiste, le trafic marchandises s'est effondré ces dernières années et la partition du pays avec l'indépendance autoproclamée de la Transnistrie n'arrange rien à l'affaire.
La traversé du pays, vers Ungheni et la gare frontière, confirmera bientôt ces dires. Un pays à l'abandon. Usines, fabriques, ateliers… désertés, fermés. Ici, comme ailleurs, l'industrie chinoise remplace la production locale !
Quant au trafic voyageur, il se limite à trois trains internationaux par jour vers Moscou, Saint-Pétersbourg et Bucarest. Le trafic intérieur se maintient péniblement, mais à un niveau très faible.

Et pourtant, la gare de Chisinau est un beau bâtiment, parfaitement entretenu. A l'intérieur, le marbre et de très nombreux aquariums distillent une ambiance calme et raffinée, très éloignée de l'agitation fébrile extérieure.


Sur le parvis, un marché aux puces permanent solde l'héritage communiste. Coté voie, une locomotive à vapeur préservée en monument grâce à l'action d'un ancien ministre passionné de chemin de fer permet déjà d'apprécier le gabarit imposant du matériel Russe : 1510 mm d'écartement, l'attelage central automatique…


Les quais sont couverts d'une toute nouvelle marquise en aluminium qui exprime l'espoir en des lendemains meilleurs.

Pour Igor, solide gaillard, s'exprimant uniquement en Russe, l'avenir passe par une intégration à l'Europe, ou du moins un rapprochement.
Improbable.
Si l'écartement de 1510 mm a permis à l'époque d'unifier le réseau des républiques socialistes de l'Union Soviétique, il représente aujourd'hui un handicap majeur.
Une entrée en Europe se traduirait par la mise à l'écartement standard de 1435 mm, économiquement impossible.
La Roumanie voisine n'a pas eut à gérer ce problème et la SNCF peut lui vendre en toute conscience du matériel hors d'age, comme me le fait remarquer Igor avec un sourire narquois !
A moins que les chinois, là encore, n'apportent la solution en vendant du matériel neuf à prix… adapté !

Mais il est déjà temps de quitter mes hôtes...
Lundi, départ à 16h03 pour un voyage de 14 heures vers Bucarest, distant de 600 km, voilà qui change d'un Paris Marseille exécuté en 3 heures de TGV aseptisé !
Au diable l'efficacité du "déplacement", il s'agit d'un voyage et tout d'abord, allons visiter le marché de Chisinau !

 

 

 

 

 


Prochaine étape, le Transsib !
En attendant, je vous invite à cheminer sur les traces de  Blaise Cendrars, en traversant  la  Russie de Moscou à Vladivostok, à la découverte de l'hiver sibérien, à bord du dernier train privilégiant encore le voyage, au déplacement...



© parovoz.com : Gare de Sofrino, région de Moscou. Kilomètre 45 du Transsibérien


"J'étais à Moscou dans la ville des mille et trois clochers et des sept gares
Et je n'avais pas assez des sept gares et des mille et trois tours
...


© parovoz.com : locomotive électrique ChS4T-246, en tête d'un train Abakan - Moscou,
stationne en gare de Danilov, région de Yaroslavl. Kilomètre 356 du Transsibérien



© parovoz.com : locomotive électrique ChS7-080, en gare de Danilov. Km 356

...
Dans toutes les gares je voyais partir tous les dernier trains
...



© parovoz.com : Trains de marchandises sur les faisceaux de la gare de Sharya, région de Kostroma.  Kilomètre 699 du Transsibérien.

...
Or, un vendredi matin, ce fut enfin mon tour
On était en décembre
...
Et nous allions, grâce au Transsibérien, le cacher de l'autre côté du monde
Je devais le défendre contre les voleurs de l'Oural qui avaient attaqué les saltimbanques de Jules Verne
...
Et surtout contre les plus modernes
Les rats d'hôtels
Et les spécialistes des express internationaux.
...


© parovoz.com : Trains de charbon, de pétrole et d'alcool stationnant en gare de Sharya. Km 699. 

...
Le bruit des portes des voix des essieux grinçant sur les rails congelés
...
Et le bruit éternel des roues en folie dans les ornières du ciel
Les vitres sont givrées
Pas de nature!
Et derrière, les plaines sibériennes le ciel bas et les grands ombres des taciturnes qui montent et qui descendent
...
Et l'Europe toute entière aperçue au coupe-vent d'un express à toute vapeur
...



© parovoz.com : la locomotive électrique VL80S-1142, en tête d'un train de charbon s'apprête à affronter l'hiver sibérien. Gare de Sharya. Km 699. 

...
J'ai passé mon enfance dans les jardins suspendus de Babylone
Et l'école buissonière dans les gares, devant les trains en partance
Maintenant, j'ai fait courir tous les trains derrière moi
Bâle-Tombouctou
...
Je suis en route
J'ai toujours été en route
Le train fait un saut périlleux et retombe sur toutes ses roues
Le train retombe sur ses roues
Le train retombe toujours sur toutes ses roues
...
Les démons sont déchaînés
Ferrailles
Tout est un faux accord
Le broun-roun-roun des roues
Chocs
Rebondissements
Nous sommes un orage sous le crâne d'un sourd
...
"Dis, Blaise, sommes-nous bien loin de Montmartre?"
...
Et au bout du voyage c'est terrible d'être un homme avec une femme...
...


© parovoz.com : EMU ER9P-437, en ligne près de Rodrikovy, dans la région d'Irkoustk. Kilomètre 5252 du Transsibérien.

...
Le train avance et le soleil retarde
Le train tonne sur les plaques tournantes
Le train roule
Un gramphone grasseye une marche tzigane
Et le monde comme l'horloge du quartier juif de Prague
tourne éperdument à rebours
...
Les trains roulent en tourbillon sur les réseaux enchevêtrés
Bilboquets diaboliques
Il y a des trains qui ne se rencontrent jamais
D'autres se perdent en route
Les chefs-de gare jouent aux échecs
Tric-Trac Billard Caramboles Paraboles
La voie ferrée est une nouvelle géométrie
...
Nous étions dans le premier train qui contournait le lac Baïkal
On avait orné la locomotive de drapeaux et de lampions
Et nous avions quitté la gare aux accents tristes de l'hymne au Tzar
Si j'étais peintre, je déverserais beaucoup de rouge, beaucoup de jaune sur la fin de ce voyage
...

© parovoz.com : Ambiances de l'hiver sibérien. Gare de Mysovaya. Km 5477...

...
J'ai vu
J'ai vu les train silencieux les trains noirs qui revenaient de l'Extrême-Orient et qui passaient en fantôme
Et mon oeil, comme le fanal d'arrière, court encore derrière ses trains
A Talga 100 000 blessés agonisaient faute de soins
J'ai visité les hôpitaux de Krasnoïarsk
Et à Khilok nous avons croisé un long convoi de soldats fous
J'ai vu dans les lazarets les plaies béantes les blessures qui saignaient à pleines orgues
Et les membres amputés dansaient autour ou s'envolaient dans l'air rauque
L'incendie était sur toutes les faces dans tous les coeurs
Des doigts idiots tambourinaient sur toutes les vitres
Et sous la pression de la peur les regards crevaient comme des abcés
Dans toutes les gares on brûlait tous les wagons
Et j'ai vu
J'ai vu des trains de soixante locomotives qui s'enfuyaient à toute vapeur pourchassés par les horizons en rut et des bandes de corbeaux qui s'envolaient désespérément après
Disparaître
Dans la direction de Port-Arthur."




06/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi