Les figurines en carton de Robert

L'utilisation du carton pour la réalisation de miniatures n'est pas une nouveauté. Ce qui est nouveau, c'est son utilisation pour la mise en forme de petits sujets : personnages ou animaux.
Et ça, c'est la spécialité de Robert et Danièle Gesuelli.



Si cette technique particulière a été développée dans un premier temps afin de réaliser des figurines à l'échelle 1/87ème pour les réseaux de trains miniatures, elle peut parfaitement être transposée dans notre domaine, pour reproduire au 1/12ème des poupées de collection, des santons pour une crèche de Noël, des jouets pour une chambre d'enfant et mille autres petits objets, comme du mobilier au 1/144ème...
La seule limite dans ce domaine est alors votre imagination, c'est dire si les plus larges perspectives s'offrent à vous !
Enfin, le faible coût des fournitures mises en oeuvre, permet effectivement toutes les audaces. On peut expérimenter, se tromper et recommencer sans se ruiner le moins du monde.


Le choix du carton
Le carton utilisé doit être un carton ordinaire, sans surface glacée. Pour des personnages ou des animaux, le meilleur carton connu et le moins onéreux, est celui qui sert à enrouler un papier d'usage courant dans la plus petite pièce de la maison...
On peut aussi considérer que la fabrication de figurines en carton recyclé de rouleaux de papier toilette est la méthode la plus ludique d'assurer l'indispensable tri sélectif des déchets !
Si on utilise du carton de calendrier mural pour des éléments épais, il est recommandé de le dépouiller préalablement de sa couche superficielle, afin de ne garder que l'âme dévoilée.
En effet, les surfaces glacées ne prennent bien ni la colle, ni la peinture, lorsqu'il s'agira d'entreprendre la décoration de nos sujets.
Petite remarque préliminaire : Lorsque l'on plie un morceau de carton, quelque soit sa qualité, et surtout si on le roule sur lui-même, et c'est d'autant plus vrai que les diamètres sont petits, il a tendance à se dédoubler.




On peut naturellement utiliser cette caractéristique pour obtenir 2, voire 3 pièces identiques et très minces qui seront plus faciles à travailler ensuite.
Comme cela, pas de perte, car dans le carton, tout est bon !


Quel outillage faut-il prévoir ?
La même économie de moyen prévaut en ce qui concerne le choix de l'outillage nécessaire à la mise en forme des figurines en carton.
Pour la découpe, il faut des ciseaux, pas trop grands, un petit cutter et un emporte-pièce à ceinture pour produire des ronds en cartons de différents diamètres.
Tous les collages se feront à la colle blanche vinylique en tube à embout fin, du type colle d'écolier ou colle à bois.
Cet outillage de base sera encore complété par les outils traditionnels du miniaturiste, en particulier les pinces brucelles.
Le travail peut se faire sur un support en carton épais, comme de vieux calendriers, ou une plaque de coupe.


Les personnages masculins
Les jambes sont confectionnées en roulant des bandes de carton émincé pour former des petits cylindres pleins.




Le collage se fera à la colle à bois.
Les bras seront réalisés de la même manière, puis on préparera pour le corps un cylindre creux en roulant le carton autour du bec d'une pince à timbre ou d'une pince plate à bec fin.




Le diamètre du corps doit permettre d'y engager les deux jambes sur quelques millimètres et qui seront maintenues en place par un point de colle.




Ensuite, le buste doit être préparé à la pose des bras, en incisant verticalement de chaque côté, puis en abattant les 2 angles en diagonale au niveau des épaules.




Les bras, réalisés de la même manière que les jambes, seront ensuite mis en place alors qu'une pointe de carton enfoncée verticalement sera à l'origine du cou et de la tête.




Le volume de la tête sera apporté par de petits confettis collés de chaque côté.




Après séchage de la tête, les yeux seront tracés à l'aide d'une pince brucelles en tenant le visage avec un petit tournevis d'horloger, ce qui a l'avantage de tracer la bouche au cours de la même opération.
Une simple goutte de colle formera le nez.




Les cheveux sont à réaliser en collant sur la tête un fragment de mouchoir en papier ou d'essuie-tout, qui sera modelé suivant la coiffure recherchée.
Les pieds seront formés par de petites chutes de carton collées perpendiculairement aux jambes.




Quelques épaisseurs de carton et une goutte de colle rajoutée sur le pied apportera du volume à la chaussure.
Pour donner du volume aux bras, il faut enrouler autour de ceux-ci un petit rectangle de papier mouchoir, de l'épaule au poignet, puis amorcer les pliures des bras et ajuster leur longueur.
Les mains seront ensuite mises en place, et formées.
Suivant le costume, la veste ou le manteau pourront être façonnés par l'ajout de pièces de carton émincé . Une pour le dos, deux symétriques pour les pans de la veste.




Les blouses de paysan seront réalisées avec du papier plissé, collé aux épaules.




Les personnages féminins
La confection des sujets féminins en robe longue est très simple. La base, robe ou jupe, est faite avec un quartier de carton émincé, découpé en secteur et enfin roulé en cône.




La base est retaillée à l'horizontale après collage du cône  et le sommet doit posséder une petite ouverture permettant d'y placer le buste, constitué d'un cône plus petit que pour la jupe.




On met alors en place dans le buste un petit rouleau de carton qui figurera le volume de la poitrine, puis le buste est préparé à la pose des bras, en incisant verticalement de chaque côté, puis en repliant sur le devant au niveau de la poitrine.





Les bras quant à eux sont réalisés de la même manière que pour les personnages masculins, ainsi que la tête, constituée d'une pointe de carton enfoncée verticalement dans le buste, dont le volume sera apporté par de petits confettis collés de chaque côté.
Comme pour les hommes, les yeux seront tracés à l'aide d'une pince brucelles et la bouche avec un petit tournevis d'horloger.
Une simple goutte de colle formera le nez.
Les cheveux sont réalisés, soit en collant sur la tête un fragment de mouchoir en papier ou d'essuie-tout, modelé suivant la coiffure recherchée, avec ou sans chignon, soit à l'aide de ficelle fine, pour les cheveux longs.




Pour donner du volume aux bras, il faut enrouler autour de ceux-ci un petit rectangle de papier mouchoir, de l'épaule au poignet, puis amorcer les pliures des bras et ajuster leur longueur.
Les mains seront ensuite mises en place, et formées.
Si la dame doit porter un tablier, il sera représenté par un trapèze de carton mince. Un petit segment sur les épaules pourra représenter un châle.




Les personnages féminins «modernes»
Au XXème siècle, les jupes ont raccourci, découvrant les chevilles. Il faudra donc un cône de carton plus court pour figurer la jupe, dans lequel on placera deux petits rouleaux de carton, légèrement coniques, pour former les jambes. Une goutte de colle donnera du volume aux mollets et les chaussures seront réalisées de la même manière que celles des hommes.
Pour ce qui est des pantalons féminins, le cône de carton sera réduit au minimum nécessaire pour y fixer les deux rouleaux de carton figurant les jambes.


La décoration des personnages
Avant peinture des figurines en carton, il est préférable de laisser sécher environ 8 jours, afin d'éviter que les zones de colle apparente ou les bavures éventuelles ne provoquent des manques de peinture ou des points brillants. Il est préférable de commencer par les teintes claires.
Il est souhaitable de laisser sécher au moins 12 heures entre deux passages de peinture.
Eviter de multiplier les couches, car si le carton prend très bien la première, les suivantes deviendront de plus en plus brillantes.
Il est recommandé d'utiliser de la peinture glycérophtalique en petits pots pour maquette, sans dilution, en utilisant des teintes mates. Les peintures acryliques et la gouache sont déconseillées, car elles se diluent à l'eau qui est le pire ennemi du carton !
Au contraire, la peinture glycéro protège et rigidifie le carton, au point qu'il est préférable d'amorcer les pliures de positionnement des personnages, des bras et des jambes, avant peinture, pour éviter  de casser au niveau des articulations.
Après quelques essais, vous pourrez facilement réaliser de superbes.



 



09/04/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi