Blaisy-Bas : Le poste en plaques de maçonneries HEKI-dur

Le poste de Blaisy est réalisé pour l’essentiel en carton et feuille de maçonnerie HEKI pour le soubassement.



La construction du soubassement
Ces maçonneries, référence 70022, sont collées sur un carton contre-collé de 2 mm d’épaisseur, afin de garantir la solidité de la structure.



Après avoir détouré les pièces au cutter, les angles sont biseautés à 45° à l’aide d’une ponceuse à disque, permettant un travail rapide et précis. En effet, sur cette construction, il n’y a pas de chaînage d’angle permettant de masquer la misère d’un raccord mal ajusté !



Puis, l’ensemble des pièces de soubassement est traité à la brosse métallique pour accentuer la gravure, trop plate d’origine.



Le poste réel de Blaisy est installé à flanc de talus, ceinturé de murs de soutènement. Cette disposition sera naturellement respectée sur le réseau. Cependant, pour faciliter le montage, les murs de retour ne seront collés qu’à la toute fin du montage, afin notamment de faciliter la mise en place de l’escalier d’accès.



Pour l’heure, la construction du soubassement se termine avec la mise en place des parements des ouvertures, peints ensuite en rouge HUMBROL 100.



La structure sera alors coiffée d’un carton de contre-collé de 2 mm, sur lequel prendra place le plancher du poste proprement dit, issu d’une feuille de bardages EVERGREEN. La surépaisseur de celle-ci assurera le bon positionnement de la guérite sur le soubassement, réalisée quant à elle en carton de 1,5 mm d’épaisseur



La décoration des pierres de maçonnerie se fait aux acryliques ocre jaune, blanc, terre de Sienne et gris de Payne.  

La guérite du poste
En réalité, la guérite du poste de Blaisy est construite en moellons de craie très claire, avec des joints assez largement marqués.
J’avais réalisé un premier essais, en gravant un carton de 1,5 mm au cutter. Mais cette méthode allait présenter plusieurs inconvénients. La gravure est très longue, pour un résultat très moyen. En effet, l’épaisseur des joints n’est pas respectée et par ailleurs il est difficile lors de la gravure des traits verticaux, de ne pas marquer les lignes de pierres voisines.
Enfin, une telle gravure fragilise la structure du carton, qui a tendance alors à se déformer.
J’ai donc repris le chemin de mon ordinateur et dessiné sous Illustrator les pierres de la guérite. Puis j’ai imprimé ces dessins avant de les coller à la néoprène en bombe sur un carton de 1,5 mm, de biseauter les angles à 45° à l’aide de la ponceuse avant de coller l’ensemble parfaitement à l’équerre.

 

 

Les vitrages sont alors réalisés au tire ligne, à la peinture vert HUMBROL 80, sur une feuille de polyester transparent de 0,85 mm d’épaisseur, disponible chez l’Octant.




L’escalier d’accès
La principale difficulté de cette maquette est représentée par la réalisation de l’escalier métallique extérieur, avec un palier intermédiaire.
La première étape consiste à mettre en place ce fameux palier.



La carte plastique évoquant la tôle sera maintenue par un cavalier en fil de maillechort, en forme de U, collé par l’arrière contre le carton de renfort des feuilles de maçonnerie HEKI.
En effet, sans ce carton, ces maçonnerie ne pourraient pas assurer le maintient de ces pièces.
Les deux escaliers sont alors réalisés en EVERGREEN, en collant les marches entre deux longerons. La rampe est constituée quant à elle en fil de laiton de 0,4.
L’ensemble est ensuite peint en vert HUMBROL 80.



Aménagement et finitions
Pour l’aménagement intérieur du poste, j’ai utilisé les éléments des planches à découper publiées dans LR 705.



La construction s’est terminée par la mise en place de l’auvent de protection, coté escalier, de la toiture, avec ses rives latérales, sa cheminée, ses gouttières et leurs descentes.



Après une légère patine, le poste est prêt à prendre sa place sur le réseau reproduisant le site de Blaisy-Bas, reproduit en 1957, au moment de la mise en service des premiers TEE.












12/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi