Construction d'un wagon en carte plastique

Essentiellement destiné au transport des voyageurs, le matériel du CFC exploité sur la ligne de Caen à Dives et Luc, ne comportait que peu de wagons marchandises.
Mais parmi ce maigre parc d'origine, limité à 27 wagons à essieux, on remarquait les deux couvert à bogies, surbaissés, R1 et R2, destinés au transport du gros bétail.



Le chef de gare de Cabourg veille à la manœuvre du couvert qui être chargé de quelques marchandises. Les figurines, comme le chariot sont l'œuvre de l'ami Robert Gesuelli qui présente ses techniques de réalisation sur ce site, dans le chapitre décor et environnement. 

 

 Quelques réflexions philosophiques

Et c'est naturellement ce type de wagon, original et spectaculaire, que j'ai choisi comme premier élément de mon futur parc à voie de 60 à l'échelle H0.
En effet, outre son aspect sympathique, il peut permettre la réalisation de quelques scènes apportant beaucoup de vie sur le réseau, comme le transbordement des bestiaux des wagons CFC dans ceux de la Compagnie de l'Ouest, garés sur les voies de débords de la  gare de Dives, rappelant ainsi que le pays d'Auge fut un pays d'élevage et d'engraissement de bestiaux à destination de la capitale...
Cependant, à ce stade, il peut être utile de réfléchir à ce que doit être une évocation d'une voie de 60 à l'échelle H0.
Si l'on s'en tient au strict respect de l'échelle de réduction, cette voie pourrait parfaitement être reproduite avec la voie Z de Marklin, de 6,5 mm d'écartement.
C'est en fait l'option que j'avais choisi initialement.
Cependant, le fonctionnement du matériel Miniclub, qui devait servir à l'élaboration de mon matériel  CFC, ne m'a pas convaincu, et j'ai finalement préféré utiliser la voie H0e proposée par Peco, de 9 mm d'écartement, et adapter les engins traction disponibles chez Roco, Lilip
ut ou Egger Bahn, dont le fonctionnent est incomparablement plus fiable.
Par contre, si l'écartement a été adapté, le gabarit général sera naturellement respecté, traduisant sans ambiguïté la nature de ces trains par rapport au matériel Ouest.

 

 

L'assemblage de la caisse
La caisse est constituée d'un assemblage de pièces découpées dans une feuille de plastique  rainuré Evergreen au pas de 1,5 mm.
Le report des plans de découpe se fait par collage des dessins à la colle néoprène en bombe, directement sur le plastique, naturellement au dos des gravures.
Il faudra simplement veillez à maintenir la parfaite horizontalité des lignes de joints sur les pièces, en contrôlant la position des plans de coupe par rapport à la gravure.
Dans le cas d'un fourgon prévu pour animer une scène de chargement, il sera nécessaire à ce stade de prévoir également le dégagement des portes centrales coulissantes.
L'assemblage de la structure de la caisse commence par le collage des deux dossiers du fourgon surbaissé sur une des faces latérales, en étant attentif au bon équerrage de l'ensemble.
Seront ensuite collées sur chacune des faces latérales, à leur base et vers l'intérieur du fourgon, deux longueur de profilé 1,5 x 2,5 mm.
Ces éléments permettront la mise en place du plancher du fourgon, tout en garantissant une bonne rigidité à la caisse du fourgon.
Celle-ci étant maintenant collée autour de son plancher, il est possible de mettre en place les planchers des deux extrémités, ainsi que les dossiers à bords bas.
Puis, les portes coulissantes seront collées au centre des parois latérales, achevant ainsi la préparation de la caisse du wagon.


 

Les éléments du wagon sont découpés dans la feuille Evergreen.



Mise en place du dossier, en respectant le bon équerrage.



La structure du wagon prends forme.



Les plates-forme d'extrémité sont en place.



La caisse, dotée des portes coulissantes est maintenant terminée.


La mise en place des ferrures
L'ensemble des ferrures de renfort de caisse est constitué de micro bandelettes Evergreen, références 100, 101, 102 et 104, mises en place selon les plans ci-dessous.
La seule véritable difficulté réside dans le soin apporté au collage, en évitant toute trace de colle ou bavure sur la caisse du wagon.
En effet, le résultat final dépend de la qualité de ce travail. Et ne comptez pas sur la peinture pour cacher ensuite le moindre défaut de surface, bien au contraire elle agit comme un véritable révélateur de défauts !



La mise en place des ferrures demande beaucoup de soin et de patience, mais le résultat final dépend de la qualité de ce travail. En effet, la peinture ne cache jamais aucun défaut, et une trace de colle bavant sur les paroi, sera véritablement mise en valeur par la décoration, ce qui n'est pas souhaitable !



Les ferrures sont maintenant en place.



Le wagon a reçu sa toiture, ainsi que ses éléments de détail, portes lanternes, poignée de porte, raidisseur de caisse et tampons

 

Quelques détails et deux bogies
La construction se termine avec la mise en place des supports de lanterne, sur les dossiers, du tampon central, d'origine Gecomodel.
Afin de garantir un excellent roulement au wagon, celui-ci est équipé de bogies Diamond prélevés sur un TP Fleischmann en N, simplement maintenus par une vis M2 à tête cylindrique, dont le diamètre correspond parfaitement  à l'axe du pivot d'origine.
Reste à peindre le wagon. Pour cela, j'ai choisi un gris PO pour la caisse, souligné par un gris Humbrol 125 pour les ferrures.
Là encore, il s'agit du point le plus délicat afin d'éviter tout débordement de peinture sur la caisse.
Mon premier wagon des CFC n'attends plus maintenant qu'une locomotive et le reste de la rame avant de prendre son service sur le réseau !



Les bogies sont d'origine Fleischmann, prélevés sur un TP en N.



La peinture des ferrures, comme leur mise en place est un travail long et minutieux, mais sans réelle difficulté.



Le fourgon terminé, prêt à prendre son service sur les voies du CFC...









14/02/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi