Devers et raccordement parabolique

Dans la réalité, le devers d'une courbe, c'est à dire la surélévation du rail extérieur par rapport au rail intérieur, permet que la composante des forces soit perpendiculaires au plan de la voie lors d'une circulation à vitesse donnée. A défaut, le moment de force exercé sur la caisse risquerait de faire basculer celle-ci à l'extérieur de la courbe. Le devers permet donc d'augmenter la vitesse de passage en courbe, ainsi que le confort des voyageurs.

Le raccordement parabolique n'est qu'une conséquence de la réalisation d'un dévers sur une courbe.


 

Si ces notions sont fondamentales en réalité, en ce qui concerne le modélisme, devers et raccordement parabolique n'ont qu'un rôle de décor, en participant au réalisme d'un réseau.

Il n'y a rien de plus disgracieux en effet qu'une rame se cassant à l'entrée d'une courbe non parabolique.


Le devers, penchons-nous sur le problème !

Comme nous venons de le voir, le devers est le rehaussement donné, dans une courbe, à la file extérieure de rails par rapport à la file intérieure.

Le calcul théorique est donné par la formule : d = 0,0118 V²/R. 

V étant la vitesse en km/h et R le rayon en mètres.

Toutefois, la courbe étant franchie par des trains circulant à des vitesses différentes, il convient de choisir une valeur moyenne du devers compatible avec les trains aptes à circuler sur la ligne.

On a donc finalement adopté la formule d = C/R où C est un coefficient variable fonction de la vitesse des convois.

La limite supérieure du devers à la SNCF a été fixée à 180 mm.

 

 

En miniature, la firme MERKUR propose des bandes de devers d'une longueur de 55 cm, d'un profil en forme de coin à coller sous la voie,  dont la valeur de rehaussement de 2 mm correspond en HO au devers maximum de 180 mm de la SNCF.

Ces bandes sont à utiliser pour des courbes circulaires de rayon R, et ne conviennent  évidemment pas pour un raccordement parabolique.

Dans ce cas, il conviendra de réaliser des cales d'une hauteur progressive, taillées dans de la carte plastique de  0,5; 1 puis 1,5 mm d'épaisseur afin de varier la valeur du devers depuis 0 jusqu'à 2 mm.

Cependant, en pratique, il est commode de réaliser le devers en collant sous les traverses du rail extérieur à la courbe, un simple profilé en plastique. Cette méthode permet également de pouvoir assurer une transition régulière entre le devers nul de l'alignement et le devers maximal de la courbe.


 

Ainsi, pour le module reproduisant le site du Pas du Raysse, sur la ligne Paris Toulouse, la sortie du tunnel est en alignement, puis, la voie s'inscrit dans une large courbe. Le devers à l'entrée de la courbe est réalisé par une bandelette de 0,5 mm d'épaisseur, qui passe ensuite progressivement à 1 mm.



 

 

Les raccordements paraboliques

Les lignes étant en réalité une succession d'alignements droits et de courbes, se pose un problème de raccordement. Il n'est pas possible en effet de passer brusquement d'un devers nul au devers déterminé d'une courbe quelconque.

La solution consiste à intercaler entre la courbe de rayon constant et la partie droite de l'alignement, une courbe présentant une variation continue de sa courbure, et de donner à chaque point de ce raccordement le devers correspondant à la courbure en ce point.

C'est le raccordement parabolique, dont la formule fût précisée par M. Nordling Ingénieur en Chef au PO en 1867.

Le schéma ci-dessous précise la construction d'un tel  raccordement. A cet effet, l'utilisation de rails flexibles est obligatoire.

La droite AB représente l'alignement tangent à une courbe circulaire BC de rayon R.

A'B' représente l'alignement droit décalé vers l'extérieur d'une longueur d permettant la mise en place de la parabole B'B".

Dans la pratique, la valeur de d représente 20 à 25 % de R. Ainsi, pour un rayon de 600 mm, la valeur du décentrement d sera comprise entre 120 et 150 mm.

Notez que la norme NEM 113 précise cette notion de raccordement parabolique, en proposant deux méthodes de réalisation, par points ou à l'aide d'un astucieux bâton élastique.






14/04/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi