Ennecourt, un réseau modulaire à l'échelle N

Si Ennecourt est un site imaginaire, il évoque parfaitement l’atmosphère de la ligne 4, reliant Paris à Mulhouse, quelque part entre Maranville et Charmoy, transposée dans les années 1970 - 1980.

 

 

Le réseau, oeuvre de Vincent Burgun, devait avant toute chose pouvoir être transportable, afin de pouvoir être présenté au public lors d'expositions

Dès lors, le système modulaire s'imposait, mais plutôt que de suivre scrupuleusement les normes prescrites par l'AFAN, la largeur des modules varie ici entre 250 et 600 millimètres.

Ces variations composent entre les façades des modules des décrochements, permettant à l'observateur proche de véritablement rentrer dans le décor grâce à la création de perspectives étudiées, ouvrant sur un chemin bordé d'arbres, une lisière de champ, une clairière, un alignement de poteaux télégraphiques...

Cela évite également le côté monotone que pourrait offrir un alignement uniforme de plus de 12 mètres de longueur.

 

 

 

La structure intègre un fond de décor peint et un bandeau supérieur, masquant au public la vue des néons d'éclairage.

 

La mise en oeuvre de gammes commerciales

Seul le WC de la gare d'Ennecourt est construit de toutes pièces, le reste provient des gammes commerciales.

Le bâtiment voyageurs ainsi que la halle à marchandises, typiques des constructions de l'ancienne compagnie de l'Est, sont des modèles Vapeur 70, proposés en moulage de plâtre. Le poste d'aiguillage est quant à lui en laiton photogravé, oeuvre de Claude Jans et proposé par l'AFAN à ses seuls adhérents à jour de cotisation.

 

 

Les bâtiments civils de la place de la gare, ainsi que l'indispensable café sont des maquettes en plastique SAI, plus ou moins modifiées selon les besoins de leur implantation sur le réseau.

 

 

Les silos de la coopérative agricole sont issus d'un ancien kit FANG, en carton et laiton photogravé, complété d'un hangar déniché chez Vapeur 70.

 

 

Cette UM de 66000 Artrain, manoeuvre une rame de 22 wagons céréaliers, représentant une masse sur rail de près de 1800 tonnes. Un vrai train quoi.

 

Enfin, la raffinerie a été réalisée à partir de kits plastiques américains proposés par Cornerstone, fournis par le détaillant FB Systems.

 

 

Ce que permet l'échelle N...

L'échelle N, correspondant à un rapport de réduction de 1:160, propose des miniatures presque deux fois plus petites que l'échelle de référence, le H0.

Mais l'erreur serait de vouloir profiter de cette échelle réduite en multipliant les appareils de voies, en adoptant les tracés les plus complexes.

En fait, le N trouve sa pleine justification en permettant de véritablement reproduire la circulation de longues rames, au coeur d'un paysage réaliste.

Ainsi, les interminables sections de pleine voie en alignement, les grandes courbes avec devers, qui participent au réalisme du réseau d'Ennecourt, sont difficiles à reproduire aux échelles supérieures, sauf à disposer de surfaces inaccessibles au commun des mortels !

 

 

La CC 70001, proposée en exclusivité par l'AFAN, sur une base mécanique Minitrix, en tête d'une lourde rame marchandises est vue à son passage au droit des silos de la coopérative agricole.

 

 

Cette longue rame de voitures USI LS Models, tracée par une UM de BB 67400, issues de l’ancienne gamme Vapeur 70, qui marque l’arrêt en gare d’Ennecourt. De vrais trains, s’inscrivant dans un paysage évocateur de la ligne 4. Traction autonome, poteaux télégraphiques, une certaine idée du chemin de fer en somme.

 


 

Cette draisine, un modèle Vapeur 70, est en tournée d'inspection sur la section de ligne encadrant la gare d'Ennecourt.

 

 

La voie de débord est occupée par un train désherbeur de grande intervention Vapeur 70, tracté par un Y 7400 Arnold.

 

On remarquera la batterie de signaux protégeant la sortie de gare.

La signalisation mécanique unifiée SNCF est strictement conforme, réalisée sur la base des modèles en kit laiton que proposait Vapeur 70.

 

 

Le réseau intègre également quelques installations industrielles, comme cet embranchement particulier, appelé aujourd’hui Installation Terminale Embranchée (ITE), desservant les silos d’une coopérative agricole, parfaitement justifiée dans cet environnement de grande culture haut-marnais.

 

 

Celle-ci se développe sur deux modules de 1,10 m de long, mais de largeur différente, 0,50 m pour l’un, 0,40 m pour l’autre. Le décrochement ainsi réalisé, et il y en a de nombreux sur le réseau, permet pour l’observateur proche de véritablement rentrer dans le décor du module, grâce à des points de vue privilégiés.

 

 

Ici, par exemple, il s’agit d’un petit chemin bordé de haies, débouchant sur un champ, qui ouvre la perspective sur les silos.

 

 

 

La 67581 en tête d’une rame de wagons pour le transport de bovins, types G 11 et G 41, passe au droit des installations de la coopérative agricole CEGB. Les wagons sont des modèles issus de kits laiton proposés par Guy Visioli, et réservés aux seuls membres de l’AFAN à jour de leur cotisation. Une raison suffisante pour adhérer !

 

 

Si les installations de la coopérative agricole occupent la partie gauche du réseau, celle de droite est consacrée à l’évocation d'une raffinerie qui permet de justifier la circulation sur le réseau de longues rames de citernes spécialisées dans le transport de fuel ou de gaz, toujours spectaculaires en trains blocs.

 

 

L’ensemble de ces installations occupe une surface respectable, avec deux modules de 1 m x 0,60 m, qui a permis de reproduire le faisceau des voies d’arrivée et de départ, les cuves de stockage du pétrole brut, la tour de distillation, les unités de traitement des gaz et leurs sphères de stockage, et enfin les unités de traitement des différents carburants, essence, kérosène, gas-oil et fuel domestique, sans oublier le camion citerne qui vient s’approvisionner en carburant.

 

 

Un «dévorant», avec en tête la CC 72065, passe en vitesse au droit du PN implanté entre la gare d’Ennecourt et les installations de la coopérative agricole.

 

 

Alors qu’une équipe s’apprête à intervenir sur les installations du PN pour une opération d’entretient, nous avons la chance d’observer une image très rare : une 15000 en tête d’une rame Grand Confort est détournée sur la ligne 4, la traction étant alors assurée par une 72000 !

 

 

Sur le remblai situé en sortie de la gare d’Ennecourt, la 72061 assure la traction d’un train de fret. Ne vous y trompez pas, il ne s’agit pas d’une double traction, mais là encore du détournement d’un train normalement assuré par la CC 21002. Restée en tête de son train, la machine a naturellement baissé ses pantos !



24/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi