Est-ce ainsi que les halles meurent ?

 

 

La gare de Sarlat est caractéristique de la réutilisation d'anciens bâtiments ferroviaires à des fins commerciales, artisanales ou industrielles.

Ainsi, la remise à voitures est occupée aujourd'hui par une jardinerie, la halle aux marchandises, par un détaillant de bois. Quant à la remise à locomotives de l'annexe traction, elle fut en son temps phagocytée par les installations de la coopérative agricole départementale, avant de disparaître récemment, lors du déménagement de celle-ci.

De tels changements d'affectations sont extrêmement fréquents sur l'ensemble du territoire, illustrant les mutations normales d'une technologie datant du milieu des années 1830.

Il y a bien longtemps en effet que les voitures voyageurs ne sont plus remisées pour passer la nuit dans l'attente de la composition du premier train du matin !

Mais l'abandon de ces bâtiments illustre également le repli du rail face à la route.

 

Un thème intéressant à reproduire en miniature

Plutôt que de se laisser aller à la nostalgie, en regrettant les temps anciens, il peut être intéressant pour un amateur de chemins de fer contemporains de reproduire un tel environnement sur son réseau.

Alors, pour justifier la construction d'une remise à locomotives, même si vous ne jurez que par les X 73500, transformez la en coopérative agricole, en jardinerie, en atelier de carrosserie automobile...

La firme Kibri a développé en quelques années une importante collection de maquettes d'inspiration agricole, tracteurs et outillage spécialisés dans les travaux des champs, moissonneuses-batteuses, entrepôts et divers accessoires permettant de reproduire en miniature les scènes évoquées ci-contre, apportant beaucoup de couleur et de vie sur un réseau.

 

 

 

  

La halle aux marchandises de la gare de Formerie, en briques, typique des constructions de l'ancienne Compagnie des chemins de fer du Nord, disparaît presque complètement, phagocytée par des silos de stockage des céréales.

 


 La halle de la gare de Thiviers, de type P.O, encore intacte au début des années 1990, servait au stockage de palettes d'engrais d'une coopérative agricole.

 


 L'ancienne halle de type Midi de la gare de Mende, accueille quant à elle une jardinerie, comme la remise à voitures de la gare de Sarlat.

 


 La remise à locomotives de l'ancienne annexe traction de la gare de Sarlat, dont on devine encore l'architecture, intégrée au sein des installations de la coopérative COFNA, rasée aujourd'hui.

 

 



09/02/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi