Modélisme : le ballastage des voies

Dans notre domaine, l'opération de ballastage est souvent très longue et fastidieuse, mais absolument nécessaire pour un réalisme incomparable de la voie. Il existe bien en effet des voies du commerce dotée d'un ballast plastique venu de moulage, mais leur aspect ne fait qu'évoquer de façon grossière la réalité et ne peut convenir pour une installation de qualité.

Attention toutefois, la voie étant prise dans le gravier par la colle, toute modification du tracé est impossible sans détérioration des voies déjà ballastées.

Il est donc important  d'effectuer cette opération une fois le tracé des voies déterminé avec précision et les réglages de voie terminés.


 

La mise en place du gravier et son collage

Il peut être possible de réaliser un premier ballastage avec des granulés de liège et de terminer par un ballast de « décoration »  réalisé avec du gravier véritable.

Le but est double, économiser le ballast pierre et assurer une meilleure insonorisation de la voie. En effet, un ballast 100 % gravier aura tendance à augmenter le bruit de roulement des trains par un effet de résonance.

Notez également que si le traditionnel ballast Woodland conserve ses inconditionnels partisans, la firme allemande Asoa propose une sélection très réaliste de graviers, disponibles dans une large sélection de couleurs et de granulométries, convenant à l'ensemble des échelles.

La première opération consiste à saupoudrer à sec le ballast sur l'ensemble de la voie, et à le répartir avec un pinceau. L'objectif est de combler le vide entre les traverses avec le gravier, jusqu'à affleurer le niveau supérieur de celles-ci.

 


L'aspect de la voie a évolué avec le temps, à l'origine, pour les amateurs de l'époque 1, le ballast était composé de sable fin, recouvrant pratiquement l'ensemble des traverses. Ensuite, le gravier utilisé fut de plus gros calibre, laissant parfaitement visibles les traverses.

Quoi qu'il en soit, il est préférable de ne traiter que de faibles longueurs de voies en même temps, afin d'éviter que le gravier non collé ne soit dispersé accidentellement. 


 


Pour le collage proprement dit, on a pendant longtemps préconisé, et moi le premier, d'utiliser un mélange de colle à bois vinylique diluée à 50 % à l'eau et de quelques gouttes d'un produit mouillant, liquide à vaisselle par exemple.

Cette méthode reste parfaitement efficace, mais présente deux défauts. En séchant, la colle formera avec la masse du gravier une véritable coque très rigide, qui transmettra à la structure du réseau l'ensemble des bruits de roulement.



 

Bien qu'un train réel fasse énormément de bruit, ce phénomène peut être gênant en miniature, en masquant les éventuelles sonorisations que les alimentations numériques autorisent aujourd'hui.

En outre, la colle vinylique conserve un aspect légèrement satiné, ce qui n'est pas très réaliste.

Aussi, aujourd'hui je préfère coller mon ballast avec un mélange de médium acrylique dilué à l'alcool, appliqué sur le gravier à l'aide d'une seringue fine.

C'est parfaitement efficace, le séchage est rapide et surtout la masse des graviers reste légèrement souple, ce qui atténue les bruits parasites.

Quoi qu'il en soit, après ces opérations de ballastage, viendra la réalisation des pistes, caniveaux à câbles, l'emplacement des signaux, fossés, ainsi que par la peinture du profilé couleur rouille…

Bref, il y a encore du travail !


 



14/04/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi